Gilles a présenté deux livres qui semblent être des plus intéressants:«Le peuple des connecteurs» et «A new kind of science». Gilles m'a tordu un bras à Duchesnay pour que je commande immédiatement le premier (que je n'aurai que dans 3-4 semaines) et je viens de commander le second (qui part de loin).

Ce sera donc ma lecture estival. Que de bonheur que de se débrancher de l'ordinateur mais de lire sur le sujet ;o) en camping avec ma petite famille.

À suivre... et à commenter.

Mise à jour

Voici quelques citations du billet de Gilles qui me font réfléchir.

Plutôt que de se plaindre et de revendiquer, plutôt que d'exiger que les instances centrales règlent leurs problèmes, ils agissent par eux-mêmes. En agissant sur leur environnement local, ils changent le monde globalement.

Hum... je crois que je suis de ceux qui appliquent cette philosophie.

«Le monde est un programme » nous lance ce dernier et, ainsi, ébranle toutes nos conceptions scientifiques. Par exemple, pour lui, un programme informatique peut se substituer aux équations de la physique. Terminé le calcul différentiel et intégral pour expliquer le monde car il suffit de trouver les bonnes lignes de codes qui le simulent !

J'ai hâte mois aussi de lire ce livre, l'informatique à la place de la mathématique complexe, idée porteuse.

«...Nous appliquons le principe de délocalisation en travaillant où nous avons choisi de vivre et non l'inverse. » p. 199

Ho! Ça c'est moi. Jamais la ville ;o)

« Les informaticiens doivent « penser réseau » dès le plus bas niveau, exactement comme le fait l'évolution. Ils doivent imiter les artistes, qui pensent leur oeuvre et la réalisent eux-mêmes. ». (p. 236)

J'ai bien hâte de voir ce qui ressortira de notre projet sur des langages comme Squeak ou Logo.