PL en toute liberté

Tag :

À relire

Fil des billets

Vouloir ratrapper l'air et comprendre la critique

Nous voilà déjà le 9 septembre... ça va vite... très vite.

On dirait qu'à chaque année cette période de l'année m'échappe. On voit arriver l'automne/hiver et il faut préparer l'extérieure de la maison, entrer le bois de chauffage, planifier/démarrer les projets de l'année dans mon travail, évaluer/continuer ceux de l'an passé, vivre les hauts et les bas de nos filles qui débutent une nouvelle année...

Je cours après quoi? Gilles m'a écrit qu'il est bien sans rien faire. Je crois que j'aimerais ça moi aussi ;o)

Y parait que tu es trop comme ça et comme ceci

Être critiqué ce n'est jamais facile, et encore plus en cette prériode on dirait. Comme on met tellement d'énergie dans ce qu'on fait et on y croit à la puisance 10, se retrouver avec une petite roche dans son soulier est suffisant pour faire monter la pression. Une chose positive dans ça est qu'on se rend compte que l'image que l'on projette n'est jamais la réalité. Surtout quand la majeure partie de cette image est virtuelle.

Virtuelle? Je m'explique. Quand j'enseignais les élèves pouvaient se faire une très bonne idée de ce que j'étais comme prof. Ils étaient là, avec moi dans la classe, ils voyaient et comprenaient mon non-verbal, ils pouvaient me demander de clarifier mes paroles, ils pouvaient comprendre mes petites blagues faisant références à des événements passées... en fait ils avaient d'autres éléments que le livre de cours, que mes notes de cours, que ce que les autres élèves disaient de moi pour se faire une idée du bonhomme.

Mais aujourd'hui, qu'ont les gens du milieu pour se faire une idée de qui je suis professionnellement? Ne travaillant régulièrement en réel qu'avec Pierre C, les autres personnes n'ont majoritairement que de l'informations trouvées sur le web (site web, blogue, courriel...) et peut être un peu des impressions de d'autres personnes m'ayant croisé (formation, colloque, réunion...). De là la création d'une image qui peut être difforme de la réalité car l'interprétation du lecteur est très présente. Et je crois qu'on ne peut y échapper (lire ceci).

Comment éviter cette déformation? Je ne sais pas. Mais je porterai davantage d'attention à ma communication dans les prochains mois. Peut être que le pourquoi de nos actions n'est pas clair? Peut être même que nos actions ne sont pas bien comprises?

En passant, les critiques auxquelles je fait référence ne sont pas bien méchantes. Mais comme je veux bien faire mon travail, je crois important de mettre en place un protocole de «critique constructive» qui me permettrait de m'améliorer.

Comme quoi avoir une vie virtuelle a ses désavantages ;o) mais cette vie est tellement intéressante/stimulante/enrichissante que je ne suis pas prêt de l'abondonner. Je suis désolé pour ceux que ça chatouille ;o) Mais vous pouvez toujours changer de canal comme on dit.


Amour fois 4

Ces 4 yeux me rappellent que j'ai vraiment tout pour être heureux.



Yeux magalie

Yeux Marianne


Dans mon temps il y avait 9 planètes!

Voilà une phrase que je peux dire à mes filles car l'Union astronomique internationale vient de voter pour une résolution afin que Pluton ne soit plus considérée comme une planète. J'ai lu la nouvelle ici.

Wikipedia a ajusté rapidement la page sur Pluton (celle en anglais également). Qand même cool non?

Donc 8 planètes dans notre système solaire: Mercure, Venus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Donc la petite phrase: «Ma Vieille Tante Me Jetait Souvent Un Noyau de Prune» (ou tout autre phrase de ce type) ne fonctionne plus :o(

Une idée pour la remplacer?


Mise à jour du 1er sept 2006:

Deux billets sur le sujet: http://blogue.sciencepresse.info/astronomie/item/283 et http://blogue.sciencepresse.info/astronomie/item/284


Sacrifier des élèves

Dans ce billet que je trouvais fort en ti-péché le fait qu'on puisse affirmer que la réforme était en train de SACRIFIER des élèves. Et bien, je l'ai encore lu dans une de mes rares lectures des mails sur une liste de diffusion quelconque.

1) Je cherche encore cette fameuse école qui applique le programme de formation à 100% depuis assez longtemps pour pouvoir affirmer que ce programme neutralise nos élèves.

2) Avec un peu de mauvaise volonté ne pourrait-on pas affirmer que l'ancien programme sacrifiait 50% des garçons? et un bon % de filles.

3) Est-ce que l'école est LA source de toutes les réussites de nos élèves? Pour moi, le milieu familiale est majoritaire la-dessus. Et sur les échecs aussi. Mais ça, c'est pas sexy à planter des familles.

4) Quelle sera la réponse de ces «trolls» lorsqu'un article affirmera que grâce à la réforme on a réussi à améliorer quelque chose? Qu'il est trop tôt pour faire une telle évaluation? Que les profs de ces élèves n'appliquaient pas le programme? Que c'est pas vrai pour tous les milieux? Blablabla...

Je me répète: la réforme n'est pas parfaite. Le programme de formation n'est pas parfait. Le processus d'implantation/formation n'est pas parfait. Mais on est ailleurs que de ce que j'ai décrit ici. Et comme le programme de formation est très ouvert, travaillions ensemble à l'appliquer comme des professionnels plutôt que de tout décrier.


Marianne dans le bois

Marianne, ma petite dernière, aime beaucoup la nature. Aller prendre une marche avec son papa la rend très heureuse. Voici quelques traces de notre marche de ce matin.



Bourgeons

Bougeons

fleur rouge

fleur jaune

fougères

Dois-je l'écrire?

J'ai assisté à l'atelier de Gilles sur les blogue et je me souviens d'une de ses mises en garde: avant de cliquer sur «Envoyer» on doit être conscient que ça peut poser problème. Les écrits restent... et peuvent être exploités contre nous :o(

Il existe un écart grandissant entre ceux qui exploitent/intègrent les TIC et les autres. Alors l'incompréhension entre ces deux solitudes (trop facile) est de plus en plus profonde.

Les TIC permettent de diffuser son opinion, ses idées à un large public. Et ça fait peur aux autres.

L'information par la masse dérange car elle provient de partout (pas de n'importe qui). Les autres en ragent.

Avoir ses opinions et les défendre (sa vision du monde) est un concept à développer en éducation, mais peut être que son application n'est pas souhaitée tant que ça.

J'en suis à me poser des questions: comment diminuer cet écart? Formation, certainement. Mais comment? Sur quoi? On prend beaucoup de temps pour former sur des logiciels, est-ce la bonne chose à faire? Quelles sont les différences entre ceux nous (oui je m'inclus dans ceux qui intègrent) et les autres? Pourquoi j'accepte qu'on remette mes idées/opinions en question? Qu'on me critique ouvertement (même si ça me fait quelque chose)? La perfection n'existe pas, mais peut-on se mettre en mode apprentissage?

Oui je suis encore ébranlé par ce qui s'est passé cette semaine à un de mes amis. Non je ne suis pas prêt de le digérer (malgré le fait que mon ami soit serein avec ce qui se passe).

Mes valeurs ont été chiffonnées.


TIC et simplicité, est-ce possible?

De très profitables discussions m'ont fait réaliser que les TIC ne peuvent pas être considérées comme simple. Autant par les débutants que par les «dits avancés». Je m'explique car j'entend déjà plusieurs personnes crier que ce n'est pas un message très positif à passer.

Qu'est-ce qui est simple en TIC? Créer un texte dans un TdT? Publier une image sur le web? Enregistrer notre voix sur un ordinateur? Faire un réseau de concepts avec un idéateur? Naviguer sur le web? Toutes ses actions peuvent vous semblez simple, mais pour une autre personne ce sont des tâches avancées! Car pour plusieurs le seul fait de coordonner leur main avec le curseur de la souris = difficile.

Ces tâches sont simples pour vous?

  • Si on analyse de plus près votre texte (disons de 20 pages) dans le TdT et qu'on vous demande de mettre tous les titres de votre texte en bleu, police Verdana, taille 16, combien de temps ça prendra? Avez-vous utilisé les styles?
  • Votre image publiée sur le web est-elle optimisée?
  • Les sons que vous avez enregistrés sont en quel format? Est-ce le plus efficace pour ce que vous désirez faire (publier sur le web, faire un CD...)?
  • Votre réseau de concepts est-il partageable avec une autre personne? Pourra-t-il être édité par quelqu'un sur une autre technologie?
  • Quand vous naviguez sur le web, êtes-vous efficace? Si le menu du site n'est pas «parfait», êtes-vous capable de vous retrouver dans le site? Êtes-vous compétents pour trouver l'information que vous cherchez si vous n'utilisez pas une liste de site créé par quelqu'un d'autre?

Toutes actions considérées comme simples peuvent facilement devenir plus compliquées si on est dans un processus de développement de compétences car il n'y a pas de fin à ce développement. Et c'est ça qui fait peur aux non-utilisateurs je crois. Il y a toujours quelque chose à apprendre.

S'inscrire dans une démarche où on veut intégrer les TIC dans l'apprentissage des élèves (ou de notre apprentissage) signifie qu'il aura des problèmes à résoudre (qu'on veuille rester simple ou non). Ça ne peut pas se faire simplement, tout seul. Et de donner l'impression que c'est simple n'est pas toujours payant. Il y a du temps, de l'énergie à mettre si on veut développer notre compétence à devenir compétent. Ouf!

Avec 7 fois le mot simple dans ces 5 paragraphes j'espère que ça ne rend pas mon messsage trop simpl...iste ;o)


Billet trop long

J'aime les blogues. J'aime lire ce que d'autres écrivent, pensent. J'aime mettre en doute mes connaissances, croyances. J'aime me faire dire que je suis dans le champs.

Richard, avec ce commentaire, m'a fait réfléchir à deux éléments d'un blogue: long billet et s'y retrouver dans les dédales des blogues.

Long billet

Ce billet, qui est une réponse à un texte de plusieurs pages de M. Robert Bibeau (novembre 2005), est considéré comme trop long par Richard. Je dois avouer que moi aussi je le trouve long (c'est pour cette raison que j'ai séparé en 6 pages le billet). Mais, pour ma défense, je ne peux pas répondre à un auteur d'un texte rigoureux et complet en quelques lignes seulement. On peut par contre se demander si cette réponse est au bon endroit sur un blogue?

Ce texte représente mon opinion, je n'ai pas fait de recherche (d'autre lecture) pour étayer mes dires, je me suis gardé des notes pour un futur travail à réaliser dans mon travail d'animateur RÉCIT. Ces caractéristiques me font penser que c'est un billet. Long oui, mais un texte à publier dans un blogue quand même.

Billets courts, billets longs, je crois que le lecteur peut faire le choix de les lire ou non. Par contre, il faudra voir si la longueur a une importance pour l'intégration/insertion des blogues en éducation.

Dédales bloguales

J'ai plusieurs dizaines de fils RSS dans mon agrégateur. Je visite quotidiennement ce site qui m'offre encore d'autres fils RSS. Est-ce que je lis tout? Non! Je lis ce qui vient me chercher. Malgré ça, il peut devenir compliqué de suivre le fil. Ce billet, qui contient plusieurs liens vers d'autres billets, est un exemple parfait de «notes à moi». Qui peut intéresser d'autre lecteurs, mais qui a pour but premier de garder une trace des billets en liens avec un sujet (ici les blogues) et ce en contextualisant (un peu de chair autour de l'os, essayant d'organiser l'information en un tout plus logique qu'une liste de billets) le tout.

Ce type de billet (un peu comme une synthèse) est important à écrire je crois, car on pourrait perdre (dans le fond d'un blogue) de bons textes (et ce malgré des mots-clés ou un classement par catégories). En tout cas, ce billet me sera utile pour écrire le document sur mes observations des blogues en éducation.


Bilan blogual de mi-année scolaire

Le début janvier est un temps propice pour regarder en arrière et dessiner demain. Donc le présent billet est un pré-pré-rapport sur mes expérimentations avec les blogues en éducation. Le tout ne se tient pas vraiment (c'est pour cette raison que je le publie sur mon bloguer perso), ce sont davantage des notes pour plus tard.

Caractéristiques des blogues

Débutons avec la page de Wikipédia sur le blogue. On y retouve des l'information mais aussi des questionnements très intéressants. J'y reviendrai sûrement.

Des petits textes (et capsule audio) personnels pour tenter de donner des caractéristiques des blogues: Stratégies et capsule audio.

Le blogue est un outil très intéressant pour l'écriture et l'objectivation des apprentissages ou d'une formation.

Mais encore faut-il trouver que c'est important d'écrire ou non.

Puis il y a des billets (blogues) à caractères scientifiques ou historiques qui peuvent être une piste à valider pour le développement des compétences disciplinaires (pas seulement lecture/écriture/évaluation): Changement climatique, Invention de l'écriture, Histoire du CO2, Mathématiqueries, Gestation des mammifères, Blogue de math.

Problèmes à bloguer

Bloguer n'est pas aussi simple que d'écouter la télé. Il y a des efforts à faire car on passe de consommateur à auteur. Ce qui est un changement plutôt complexe. D'abord je crois que la personnalité a un rôle à jouer dans le nombre de blogueurs potentiel. Ce qui expliquerait que dans un groupe donné, ce sont toujours les mêmes qui écrivent.

Écrire sur un blogue exige du temps et une certaine discipline, ce qui demande également un effort. On doit alors trouver un ou des avantages à bloguer afin de se convaincre que le temps/énergie investit sera rentable.

Un autre frein aux blogueurs est la multitude d'endroit où on peut écrire, ce qui amène donc une réflexion de l'outil à utiliser. Le blogue n'est pas toujours le meilleur outil pour communiquer.

Le côté technique (SPAM, sauvegarde des données...) est aussi un problème qui peut ralentir les ardeurs des auteurs.

Bloguer en équipe (à la même adresse) peut poser d'autres problèmes non liés au blogue comme tel mais bien au fait qu'en bloguant on met nos trippes sur la table (lire net) et ceci peut dégoûter le voisin (membre de l'équipe).

Finalement, le concept même de blogue a ses faiblesses (Durée de vie d'un billet, classement du blogue par date, manque de lien entre les billets...) qui peuvent sûrement être corrigées (selon les besoins de l'auteur). Mais je suis de ceux qui ne veulent pas tout faire avec un seul outil. Un choix d'outil éclairé est mon but.

Où sont les blogues?

Le nombre de blogues éducatifs (du moins écrit par des éducateurs) québécois n'est pas très élevé pour l'instant. Et ce malgré une augmentation du nombre d'auteurs dans la dernière année. Voici quelques billets qui annoncent la naissance ou l'existence de blogues à caractère éducatif.

Blogues d'équipe:

Les blogues personnels sont listés dans un outil qui regroupe plusieurs fils RSS (en passant, si vous en connaissez qui ne sont pas listés là, faites-moi le savoir SVP).

On a déjà discuté de la possibilité de créer un endroit où les éducateurs pourraient avoir un blogue gratuitement. Ceci pourrait-il augmenter significativement (ce mot est très important) le nombre de blogueurs de notre communauté?

Une initiative comme celle de l'Infobourg (Coups de coeur) peut-elle faire connaître/naître les blogues?

À suivre

Dans les prochains mois je devrai analyser les conditions gagnantes de la mise en place d'un blogue et également de faire des liens avec les fameuses communautés de pratique. Je consulterai également davantage les blogues d'élèves afin d'en faire ressortir là aussi les avantages et inconvénients (une entrevue avec les profs serait constructifs aussi).

Un bon tour des écrits (ex.: Opossum) sur le sujet devra aussi être fait afin d'avoir le plus d'informations possible. Je devrai de plus voir avec l'Agence Science-Presse pour de la collaboration.


Blogue d'équipe, pas simple

Dans le cadre de mes mandats d'animateur au RÉCIT MST je me suis lancé dans un petite (très petite) étude de l'utilisation des blogues dans l'apprentissage. Quelques blogues d'élèves ont vu le jour depuis septembre dernier (une liste exhaustive de ces blogues/carnets sera créée pour mon rapport de mi-année), on aura donc la possibilité d'appuyer nos observations/conclusions avec des exemples concrets.

Le présent billet porte cependant sur le Blogue du RÉCIT. Un blogue qui a été mis en place initialement pour les divers projets du RÉCIT, comme par exemple le Camp TIC de la région 03-12. Par la suite, des auteurs se sont ajoutés un à un (je trouve difficile de vendre l'idée de l'écriture bloguesque aux animateurs du RÉCIT, c'est peut être mes stratégies de vente qui ne sont pas adéquates), ce qui a amené de très bons billets au cours des mois d'août à novembre.

Depuis quelques semaines l'équipe (c'est un blogue d'équipe) publie moins. Même que je me sens seul au monde ;o) Tellement que j'y pense à deux fois avant d'écrire un billet. Encore lui! Dirons les lecteurs. Pourquoi cette baisse de publication? Le mois de novembre est-il trop chargé pour les membres du blogue pour écrire un petit billet ou deux? N'est-ce pas la meilleur occasion d'écrire quand on est dans le jus? Ça permet de ralentir et de réfléchir sur nos actions. Est-ce que les TIC perdent en intérêt? Pourtant...

Écrire, je me rends bien compte, n'est pas dans les habitudes/routines des gens. Pourtant je crois fermement que laisser une trace de ses actions/apprentissages (et de se les faire commenter) aide à avancer et permet un développement de certaines compétences professionnelles. De plus, le Blogue du RÉCIT est une fenêtre intéressante pour faire connaître notre réseau par une clientèle que nous ne n'atteingnons pas autrement.

J'ai un autre projet de blogue qui est mis sur la glace pour l'instant. J'attends de voir si les blogues continuerons d'augmenter en popularité avant de le lancer. Car pour l'instant je trouve que notre (ma) bloguosphère éducative québecoise n'augmente pas vraiment. Mais c'est peut être moi qui n'a pas fouillé suffisamment pour trouver de nouveaux blogueurs? Je donne ici en exemple les blogues de l'Agence Science-Presse qui ne semblent pas vouloir attirer beaucoup de commentateurs (mea-culpa, moi non plus je ni suis pas allé régulièrement)? C'est peut être dû au fait que le moteur de blogue n'est pas encore au point en ce qui concerne les fils RSS et quelques autres petits détails.

Comment agrandir notre groupe? Il y a cet outil qui a été démarré il y a quelques semaines. Puis cet autre outil qui syndique les fils RSS. Afin d'augmenter notre visibilité et les liens entre les blogueurs nous devrions «vendre» ces listes afin que d'autres personnes/groupes s'y joignent? Il y a aussi ce Carnaval. que je vais regarder de près dans les prochains jours.

Malgré ces dernières semaines moins intenses sur le Blogue du RÉCIT, je crois encore pertinent de maintenir ce projet en vie (en ligne). Mais si je continue encore à être aussi seul dans les prochains mois, je vais me concentrer sur mon blogue perso. Qui est peut être la vrai façon de bloguer? Chacun chez soi.


Changement climatique

Je me suis amusé ce matin à écrire ce billet sur le blogue du RÉCIT MST ;o) Jouer avec des archives météorologiques et avec OpenOffice.org Calc fut fort agréable.

En fait, je trouve intéressant de voir les scientifiques débattre (un exemple) à savoir si oui ou non l'activité humaine a une si grande influence sur les changements climatiques. Je lisais ce billet (la partie où on dit que l'éruption de volcans peut faire diminuer le niveau des océans (la température) et je me disais que le climat c'est très BIG comme sujet et on ne peut pas conclure trop rapidement.

En tout cas, selon ma petite recherche/analyse, la température moyenne du mois de novembre dans la ville de Québec aurait augmenté au cours des 120 dernières années.


Billet pour Magalie

18 nov 1997, une des dates qui a changé ma vie. Magalie vient au monde. Cette photo a été prise 5 minutes après sa naissance. bebe Magalie

Je me rappele les craintes que j'avais (ma blonde itou) avant la naissance. Est-ce que le bébé sera en santé? Est-ce que nous réussirons à dormir un peu pour ne pas être trop fatigué pour être de bons parents? Serons-nous de bons parents?

Après l'accouchement, que j'ai passé assis sur un petit banc dur ;o), je me souviens que Charlie, mon beau-père, m'a invité au resto pour diner. J'étais papa! Fatigué mais comme j'avais tellement hâte (en fait j'étais très impatient lors du dernier mois) à l'accouchement que j'étais heureux d'avoir passé la nuit à accompagner Julie.

J'ai donc eu la tâche de préparer la maison pour l'arrivée de Magalie. Lorsqu'elle est arrivé tout a changé dans la maison. Tous les objets sont devenu dangereux en une seule seconde! La température ambiante devenait un élément primordial à gérer. Le plancher devait être imppecable afin que la petite poulette ne mange pas de petites poussières indésirables. Nous voilà donc parents.

Viennent alors les otites (ça semble héréditaire car j'ai eu ce problème moi aussi) et l'inquiétude de voir son enfant souffrir et avoir de la fièvre. C'est ce que je trouve le plus difficile car on est impuissant face à la douleur :o(

Puis sans trop s'en rendre compte, les années passent, chaque nouveau geste/mot est une fête et un moment où on se dit qu'elle est si extraordinaire cette petite. Mais le parent en nous se demande si on en donne (attention, temps, amour...) suffisamment à notre enfant pour lui assurer un avenir intéressant.

L'arrivée de Marianne, sa soeur, était préoccupante pour nous. Comment réagira-t-elle face à ce nouveau membre dans la famille? Mais comme toutes les inquiétudes que nous avions, Magalie a passé à travers sans problème. Magalie est une excellente grande soeur.

Ce fut le temps d'aller à l'école! Étape qui s'est déroulée plus en douceur que je ne l'aurais prévu. Peut être parce qu'elle était dans un CPE (Centre de la Petite Enfance) depuis plusieurs années et qu'elle était habitué à ce modèle? Le plus déroutant pour moi fut ses premiers devoirs. Vient ensuite le premier bulletin. Ouf! Ça va bien. En plus elle est super gentille avec les gens. Comme sa maman.

Le premier «chum»! Que dire de plus. On l'espère à la hauteur.

Aujourd'hui elle a 8 ans, elle est en 2e année du primaire, sa santé et ses apprentisages vont très bien. Ses valeurs humaines, sa curiosité, sa gentillesse, son dynamisme, son intelligence, ne sont que quelques-unes de ses qualités.

Magalie je suis fier de toi et je t'aime pour la vie, I love you.


On en parle beaucoup

Pas une journée depuis les dernières semaines se passe sans se faire montrer du poulet. Et comme je n'aime pas voir à quoi ressemble une grosse gang de poulets se faire élever vers ma bouche, je suis un peu, comment dire, echhhheuré ( beauceron) de la chose.

Grippe aviaire, est-ce si important comme nouvelle pour qu'on en parle 2 à 3 fois par jour, à tous les jours?

Petite recherche non-exhaustive[1]:

Bon assez. Le but n'est pas d'en savoir trop ;o)

Je comprend maintenent mieux pourquoi on en entend parler partout. La présence de mots comme pandémie et 50 millions de morts sont «vendeurs». L'absence de mot «aucune chance de transmission de l'animal à l'humain» (on écrit rare, propage pas facilement et pas rapidement chez l'humain) est aussi un autre facteur introduisant un doute dans l'esprit de la population «informée». Car à la rôtisserie du coin (où on a demandé aux clients s'ils étaient inquiets) personne ne se pose la question.

Pour ma part, je ne jouerai plus avec le caca de poule ou de canard et je ferai cuire maintenant mon poulet avant de le manger.

Attention! On doit comme pays se préparer à ce genre d'événement possible, mais je ne crois pas que d'affoler les gens en soit un moyen.

Notes

[1] Google donne beaucoup de sources provenant de média d'informations!


J'aime encore le wiki

Les blogues sont hot, très hot en ce moment. Je blogue avec plaisir ici depuis 1 an, je suis assez content de ce que j'y ai écrit. Ce sont de bonne notes/commentaires sur certains sujets qui me tiennent à coeur. Et ça m'a permis de connaître d'autres blogueurs qui m'enrichissent (ce qui n'est pas négligeable).

Mes anciennes amours elles, que sont-elles devenues? Principalement les Wikis et le gestionnaire de contenu SPIP.

Pour ce dernier, je continue de croire que c'est le meilleur outil pour publier un site web (perso, de classe...) sur le web. Très souple et très puissant grâce à ses squelettes. De plus, SPIP est très bien supporté par l'équipe de développeurs et par la communauté.

Le fait de bloguer m'a fait apprécier davantage les wikis, étrange non? Le blogue d'équipe du RÉCIT est sûrement la raison principale. Un billet c'est la vision d'une personne, alors qu'un texte coconstruit sur un wiki représente plusieurs personnes. Et ça c'est compris dès le départ par l'internaute qui consulte un wiki. Le problème avec le blogue d'équipe c'est que «je+je+je != nous». Un billet sur un blogue d'équipe ne représente que le signataire, et non l'ensemble des blogueurs du site. Et ça ce n'est pas immédiatement compris par les internautes :o(

Attention, je ne dis pas que les blogues ne sont pas bons ou que je n'aime plus ça. Mais pour du travail d'équipe j'y vois présentement des limites par rapport au wiki. Peut être que je changerai d'idée après 1 an de blogue en équipe sur http://recit.org, mais il faudra pour ça que le nombre de contributeurs continue d'augmenter. On pourrait également écrire des billets à plusieurs, mais là il faudra bien indiquer que c'est un billet à plusieurs signataires.

Il faudrait également qu'on revoit la structure/présentation/classement... des blogues car je crois encore qu'on perd des billets très intéressants au fond des blogues. Les nouveaux arrivants sur un blogue doivent lire beaucoup pour trouver les perles. Peut être qu'une étiquette «À lire» pourrait être accolée aux meilleurs billets?

À suivre...


Mise à jour du 24/10/05: Billet coécrit grâce à un wiki.


Automne, je t'aime

Comme je l'ai déjà écrit, j'aime la saison de l'automne. Aujourd'hui est une très belle journée d'automne: soleil et air frais. J'ai même quelques feuilles à ramasser ;o)

Feuilles par terre

J'ai un problème par contre, il en reste encore pas mal dans les arbres :o(

Feuilles dans les arbres

Feuilles dans un arbre

Pas grave... les feuilles sont maintenant ramassées, le 7 de patio est rangé, le bois de chauffage est entré, aloutette.


La culture libre en ébullition!

Ma très intéressante discussion autour des licences libres avec M. Sacco m'amène à vous donner quelques liens intéressants sur la culture libre.

Si vous aimez la musique, je vous conseil ce site: http://www.magnatune.com/ où vous pourrez trouver de la musique sous Creative Commons pour les projets éducatifs.

Il y a même des sites de ce nom: http://culturelibre.net/ et http://www.freeculture.org/

Un article sur l'art libre (Framasoft): http://www.framasoft.net/article4168.html

Un autre site intéressant nous donne d'autres références: http://www.cogitateurs-agitateurs.org/cgi-bin/cawiki/Culture_libre

Un article en construction sur Wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Culture_libre

Une recherche sur Google vous donnera bien d'autres liens.

Comme quoi la philosophie du logiciel libre s'étend ;o)


Salut Guy

M. Guy Gobeil a été mon premier prof de physique. C'est grâce à lui si j'ai fait mon bac dans ce domaine.

M. Guy Gobeil a été mon prof associé lors de mon stage en enseignement. C'est grâce à lui si j'ai eu de l'intérêt pour les TIC en science.

M. Guy Gobeil a été mon premier ami de plus de 50 ans ;o). Merci Guy pour les conseils remplis de sagesse.

Guy a eu le cancer, un long, très long cancer. Guy est décédé la semaine dernière.

Guy, un simple mot: salut.


Manifeste du premier degré

J'ai enfin signé ce manifeste (le logo en haut à droite sert de rappel) en ce dimanche 25 septembre 2005. Donc cher(s) lecteur(s), mes prochains billets respecteront ce manifeste. Je vous demande d'en faire autant ;o) C'est-à-dire que si vous n'êtes pas certain de ce que je veux dire, poser moi la question, ne laisser pas vos doutes vous ronger SVP.

Je m'engage donc à faire de même avec Louis (entre autre) que j'ai essayé de comprendre sans lui poser de questions.

Le site http://ptaff.ca/ offre plusieurs petits trucs très intéressants. Visitez-le, ça vaut la peine.

J'ai également modifié la licence appliquée sur mon blogue. J'utilise maintenant la licence du projet GNU: GNU Free Documentation License. Pourquoi passer de la CC à cette licence? Suite à cette discussion sur le blogue du RÉCIT je préfère donc être 100% libre et utiliser une licence du projet GNU qui a pour effet de ne pas encourager la multiplication des licences libres.

Donc, j'utiliserai la GPL et la FDL selon la nature de mes projets.


Durée de vie d'un billet?

Je me pose une question en ce jeudi matin, quelle est la durée de vie d'un billet sur un blogue? La vie d'un billet étant défini ici comme étant le moment où il y a des gens qui le commentent/pistent.

Est-ce que le nombre de billets sur la page d'accueil du billet a un rapport?

Est-ce que le nombre de billet publiés par semaine influence la durée de vie d'un billet?

Est-ce que la qualité... le sujet... le nombre de commentaires... influence?

Car il y a des perles de billets de perdus sur le web selon moi :o( Peut être que http://blogsearch.google.com/ augmentera cette durée de vie?


Petite lecture sur le travail

Tout en buvant mon thé d'après souper, je suis tombé sur ce petit dossier tout simple. Mais qui m'a réconforté sur plusieurs points. Voici quelques phrases qui me plaisent un peu plus que les autres ;o) :

Il faut aussi cultiver une certaine authenticité dans ses rapports aux autres. Cela signifie dire ce que l'on pense et savoir s'affirmer un minimum.

Remettez en cause vos idées reçues

Pariez sur l'optimisme, la confiance et le "fun"

Décidez qu'un autre monde est possible

Passez à l'action !

Enfin, accordez-vous des petits plaisirs quotidiens, y compris au bureau.

L'individu ne peut pas apprendre si cela ne s'intègre pas dans un projet personnel. Ceux qui assistent passivement à l'apprentissage d'un nouveau logiciel, par exemple, n'apprennent rien.

Le dossier est axé sur l'entreprise, mais je m'en servirai sûrement en pédagogie.


- page 2 de 3 -