PL en toute liberté

Tag :

Société

Fil des billets

Apport des TIC dans une École numérique

Billet initialement publié sur le blogue du RÉCIT.

On entend souvent des gens «critiques» face à l’intégration des TIC en classe nous dire que les études sur le sujet ne font pas consensus sur leurs impacts. C’est possiblement vrai. Mais j’ai quand même un petit «titillement» (qui doit provenir de ma formation en science dite dure ;o)) qui me fait poser quelques questions sur ces études.

Note: pour être honnête avec vous, je ne suis pas un expert en évaluation, ni en recherche sur les TIC (que je ne lis pas régulièrement non plus). Mais j’ai quelques connaissances/compétences terrain en lien avec les TIC.

Est-ce que les études portent uniquement sur les notes obtenues par les élèves?

Si oui, il sera difficile à mon avis (je le répète, je ne suis pas un spécialiste de l’évaluation) d’avoir un consensus sur leurs impacts, car l’outil (utilisé lors de l’apprentissage) en soi ne peut pas à lui seul expliquer les résultats des élèves. Le type de tâche exigée a possiblement (hypothèse) plus d’impacts que les outils eux-mêmes.

Est-ce que les études tiennent compte des approches pédagogiques et du type d’évaluation?

Les TIC, comme signalé ci-haut, sont des outils. Si l’enseignant n’a qu’échangé un outil pour un autre sans rien adapter/modifier dans sa pédagogie/évaluation, pourquoi aurions-nous des impacts positifs? Qu’on le veuille ou non, utiliser les TIC nous place dans un nouveau «monde» qui offre de nouvelles possibilités. Ne pas adapter sa pédagogie/didactique c’est tenter d’étouffer ce potentiel.

Est-ce que les élèves avaient droit à leurs outils TIC tant en apprentissage qu’en évaluation?

L’apport des TIC dans l’apprentissage des élèves ne peut pas être seulement analysé en considérant leurs résultats aux «mêmes examens», car utiliser les TIC en apprentissage ouvre grande la porte sur des éléments non mesurables par ceux-ci. Une compétence c’est (en résumé) de mobiliser des ressources, alors si les ressources mobilisées lors de l’apprentissage ne sont pas les mêmes que lors de l’évaluation, nous venons de nuire à l’élève (et au résultats de l’étude).

Si on veut que notre École devienne «numérique», on ne peut pas seulement prendre ce qui fait notre affaire dans le «monde numérique» et laisser le reste de côté. Dans ce cas, les impacts sur les élèves ne seront pas optimaux (peut-être même défavorables).



Est-ce que les études tiennent compte (évalue) de la façon dont les TIC ont été utilisées?

Il y a de mauvaises utilisations du marteau, il y a aussi de mauvaises utilisations des TIC. Le seul fait que les TIC soient présentes en classe, ne garantit pas qu’elles soient utilisées adéquatement/efficacement, et donc qu’il y aura un apport positif.

Les TIC sont des outils, et comme pour tous les outils il y a de meilleures façons de faire que d’autres. Un exemple, lire un livre sur une tablette n’aura des avantages que si on permet au lecteur d’utiliser les fonctions «numériques» (définitions, annotation, outils de recherche, etc) non présentes dans le livre papier. Sinon, ce sera du pareil au même, et les impacts positifs ne seront pas présents. Il y aurait également à faire une refonte de la tâche de lecture pour profiter au maximum de la TIC.

En toute bonne foi, je ne peux pas tasser du revers de la main toutes ces années que j’ai passé à travailler avec des enseignants et des élèves, à voir des impacts très positifs, entre autres, sur la motivation scolaire, sur l’estime de soi, sur des méthodes de travail améliorées, sur des yeux pétillants et des sourires francs, à cause d’études qui émettent un doute sur l’apport des TIC. Est-ce qu’on a déjà mis en doute l’apport de l’École dans l’apprentissage des élèves? On pourrait avoir de grandes surprises.

Les TIC sont présentes dans notre société, et ce n’est pas demain la veille que ça changera. Adaptons notre École afin que ces outils puissent agir comme nous le désirons, c’est-à-dire en catalyseur (déformation professionnelle) à l’apprentissage. Lorsque nous aurons fait quelques pas dans cette direction, nous pourrons demander à des chercheurs de nous aider à trouver des moyens d'améliorer notre démarche. Mais pour l'instant, pouvons-nous débuter la randonnée?

N. B. : Comme j'ai dit en début de billet, je suis personne dans ce monde des études universitaires, donc il est probable que j'ai dit des nia... faussetés. Je vous remercie à l'avance de me corriger dans les commentaires ci-dessous.

Je remercie M. Patrick Giroux de m’avoir allumé sur divers aspects.


2013.24

Retour au travail moins intense que les années passées où ça commençait par un camp TIC. J'ai pu faire du ménage dans mon portable et sur le serveur, question de commencer bien «classé».

Encore le TBI : http://www.ledevoir.com/societe/education/385701/bilan-noir-pour-le-tableau-blanc-dans-les-ecoles Je n'ai jamais cru à la stratégie tout le monde pareil quand on parle de TIC (voir ce billet de 2011). Le TBI/TNI ne pouvait pas «sauver» l'éducation. La tablette non plus en passant. Pour ce qui est de la formation, ce n'est pas avec 1 ou 2 journées de formation par année qu'un enseignant pourra exploiter adéquatement (favoriser les apprentissages) des TIC en classe. On peut bien demander aux enseignants de mettre du temps personnel sur leur formation, mais je ne suis pas certain que ça fonctionnera. Aie-je une solution? Pas vraiment, mais tout comme pour la langue (ce n'est peut être pas le meilleur exemple de réussite :o( ), les TIC doivent devenir un enjeux de société pour provoquer un changement plus positif.

Le Conseil supérieur de l'Éducation a publié cette semaine l'avis sur l'enseignement des sciences auquel j'ai collaboré. Je crois qu'il est important pour une société de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier en ce qui concerne l'éducation. Depuis quelques années on met beaucoup l'accent sur la langue, sur la culture. La science et technologie mérite pour plusieurs raisons une place importante également.

Mon ami Gilles est «presqu'à» la retraite. Je te souhaite bonne chance dans ton projet d'échecs (le jeu) à l'école et dans tous tes autres projets.

Merci à Jocelyn Dagenais pour avoir publié la conférence de Pierre Couillard au GRMS 2013. Bravo Pierre!

Bois de chauffage entré plus tôt cette année, c'est toujours plaisant quand cette tâche est faite. Reste à finir celui de l'an prochain.

Saison 7 de Dexter débutée, ho! Vraiment pas pire pour l'instant (1/2 de la saison d'écoutée). Merci à ma tite-soeur pour le prêt.


Petite réflexion sur la place des TIC en éducation

Il y aurait tant à dire à ce sujet que je ne sais pas par où commencer. Pourtant, suite à de récentes discussions, je me dois de dire au moins ces quelques petites affaires choses patentes... rêves.

Quelles TIC?

Avant d'investir de gros sous dans de la quincaillerie TIC (ce que notre gouvernement semble vouloir faire avec des tableaux numériques), ne devrait-on pas cibler les «vrais» besoins? J'insiste sur le mot vrai, car on prend trop souvent nos désirs pour des besoins. Ex. tous les enseignants pourraient dire: «Je désire que les TIC simplifient mon travail.» Le monde de l'éducation a le besoin d'améliorer l'apprentissage des élèves, diminuer le décrochage, etc.

À jaser avec des enseignants de partout dans la province, pour qu'ils puissent intégrer les TIC dans leur enseignement et dans l'apprentissage des élèves, il leur manque un élément primordial, des ordinateurs pour leurs élèves.

Ho! Ça veut donc dire que le fameux ratio élèves/nombre d'ordinateur n'est pas encore suffisant! On attend quoi déjà pour augmenter le temps où l'élève peut utiliser un ordinateur (ou autre TIC portable) à l'école? Peut être le temps où on va les laisser apporter «leurs» TIC en classe?

La théorie du premier pas

Dans certains milieux on me parle du «premier pas» que doit réaliser l'enseignant avant de permettre à ses élèves d'utiliser les TIC en classe. Si vous croyez à ce premier pas, mon conseil est de lui fournir un portable, car je crois au principe suivant:

''Pour qu'un enseignant comprenne et applique en classe (intégration des TIC dans l'apprentissage des élèves) les avantages des TIC dans l'apprentissage, il doit apprendre avec les TIC, pas seulement enseigner avec elles. ''

Et la formation

Mon conseil (encore un, ça ne coûte pas plus cher ;o)): Montrons aux enseignants à se créer une canne à pêche avec un couteau (couteau = ordinateur) au lieu de leur donner un poisson cuit (poisson cuit = contenu numérique tout prêt, créé par d'autres personnes).»

Je rêve? Bien sûr! Mais il faut se demander où on veut aller avec les TIC en classe.

Mise à jour: On m'a posé cette question: «Je veux bien me la fabriquer la canne à pêche mais, où vais-je trouver le temps de m'la gosser?» Comme pour toute technologie, si on n'a pas le besoin (la faim dans le cas de la canne à pêche) le temps manquera toujours.


Ha l'École!

J'ai récemment reçu un courriel qui m'a fait sourire. L'auteur, que je remercie grandement, du courriel m'autorise à m'en servir ici. Le voici:

Je suis allée à la réunion de parents à l'école de ma fille... classe de première année.

L'enseignante (pourtant très jeune), annonce tristement aux parents que la CS a décidé que les enfants n'apprendraient plus à écrire "en lettres attachées". Elle a ajouté qu'elle n'y était pour rien.

Je souris.

J'entends une dizaine de : "Ben voyons donc!" ou "Cé tu la réforme ça?".

Et encore : "Mais comment vont-ils prendre des notes à l'université?"

Je bouille d'envie d'intervenir, mais heureusement mon voisin lève la main :

"Êtes-vous allé à l'université dernièrement?" (non) "Vous constateriez que les étudiants ont des portables dans les mains."

Plus un son dans la classe... alors il se permet d'ajouter : "Les chinois ont pas mal plus de traits que nous dans leur écriture, ils n'ont pas de lettres attachées eux... et à ce que je sache, ils écrivent aussi vite que nous."

Toujours pas un son alors il s'en permet une dernière : "Rien dans notre vie actuelle ne se présente en "lettres attachées".

Alléluia.

Je souris à nouveau.

J'ajoute : "Apprenons-leur le doigté" (même si j'ai un débat là-dessus avec moi-même... c'était pour la forme).

Amen.

J'ai déjà eu une discussion avec Gilles Jobin sur ce que l'école devrait être (faire apprendre). Doit-on, par exemple, continuer à enseigner comment factoriser alors que des outils le font bien mieux/rapide que nous?

L'écriture cursive n'est qu'un autre exemple parmi tant d'autres qui démontre que l'École veut davantage reproduire ce que l'Adulte sait/fait (et la façon dont il l'a appris) que de préparer l'Élève à vivre/grandir dans SON monde.

Merci à toi enseignant ouvert (qui questionne les habitudes) qui ose mettre mes enfants en contact (de façon sécuritaire) avec LEUR monde. Merci à toi enseignant ouvert qui sait qu'il n'est plus LA source d'informations/connaissances et qui préparent mes enfants à exploiter/analyser les autres sources disponibles de partout.


Poser également la question aux scientifiques

Je viens de publier ce statut sur EnDirect:

Scientifiques et média sur Agence science presse: http://recit.org/ul/1iy #MST (en plus du comédien, demander au scientifique SVP).

Il me manquait quelques caractères pour dire que je trouve ça très étrange que les médias vont chercher davantage l'opinion de nos comédiens, chanteurs, réalisateurs... que celle de scientifiques. Quoi qu'il peut être plus utile pour un média d'avoir un artiste populaire à son bulletin de nouvelles qu'un scientifique inconnu par le public. Mais qu'en est-il du contenu?

Comme citoyen, je trouve difficile d'avoir l'information sur les différents aspects d'un sujet afin de me faire une tête. Les scientifiques pourraient-ils (elles) m'aider? Probablement, mais il faudrait pour ça qu'on leur donne également la parole.


Documentaire sur les TIC

Voici un billet que j'ai publié sur le blogue du RÉCIT.

Judith Cantin m'a fait connaitre ce vidéo (90 min) à propos des technologies et de leurs effets dans notre société.



Voici mes notes/réflexions prises lors de mon visionnement.

Les TIC peuvent distraire de la tâche.

C'est vrai et il faut en tenir compte, tout comme on le fait pour l'agenda papier qui sert de planche à dessin/collage ou encore pour son voisin de bureau. On doit être conscient que notre cerveau n'est pas si multitâche qu'on aimerait le croire.

En passant, nos écoles (primaires et secondaires) sont encore assez loin d'avoir des problèmes avec le multi-tâche des élèves dans les classes encore assez fermées sur elles-mêmes (dirons certaines mauvaises langues ;) ).

Le cerveau travaille plus fort lors d'une recherche sur le Web que lors de la lecture d'un livre.

Ce qui me semble assez normal, ce sont deux actions différentes dont l'une est linéaire (le livre).

La dépendance

Être dépendant à quelque chose n'est pas nouveau dans l'humanité, il y aura toujours des gens plus enclins à ne pas garder un équilibre dans leur vie. Donc, comme les autres dépendances potentielles, l'école doit agir pour tenter de les prévenir.

Communiquer avec ses proches

Des parents qui se plaignent de leurs enfants à propos de la communication familiale ce n'est pas d'hier que ça existe. Les TIC ne sont pas LA seule source au problème.

L'équilibre, un mot important ici, doit être une cible à atteindre. La bonne vieille culture générale, voilà un but qui me parait encore à jour.

«Netiquette»

Comme pour toutes les technologies, l'utilisation responsable des TIC doit être une autre cible. Mais ça ne tombera pas du ciel, ça doit être appris, expliqué, régulé, alouette...

TIC = oxygène pour les jeunes

L'image frappe, peut être un peu trop fort, mais elle a le mérite d'illustrer dans quel monde vivent nos enfants, les natifs (vs immigrants que nous sommes).

Ho! Hi! Ha! Un directeur d'école surveille à distance (l'utilisation de leur ordinateur) les élèves, et ce, à leur insu!

Selon moi, dépasser les limites pour éduquer aux limites est une mauvaise stratégie.

Ça empire

J'ai toujours un profond malaise quand j'entends dire :

Avant c'était X, maintenant c'est X-1.

On oublie toujours de considérer qu'il n'y a pas qu'une seule variable dans l'évolution du système. De là des conclusions plus subjectives qu'objectives.

Les jeux

Ici je trouve le terrain un peu glissant, car dans le système «jeu» il n'y a pas que la variable TIC à considérer. Pas besoin des TIC pour passer des heures et des heures à jouer. Ma grand-maman a joué aux cartes «réelles » d'innombrables heures alors qu'elle n'a pas connu le mot TIC!

De l'excès il y en a toujours eu, il y en aura toujours selon moi. Et ce, dans tous les aspects de notre vie.

Des bureaux d'IBM vides

Celles et ceux qui ne croient pas que les TIC changent des choses dans notre société, je crois que de voir les bureaux d'IBM vides peut aider à le croire. L'utilisation d'outils virtuels dans un emploi change non seulement le travail, mais les relations entre les employés (et l'employeur).

Jeu et école

Apprendre par leu jeu? Ne sais pas trop. Mais je retiens cette phrase :

Le jeu augmente l'engagement des élèves dans la tâche.


Le mot important ici est «engagement », pas jeu. Il doit exister d'autres moyens de l'augmenter (l'engagement, pas le jeu)?

Perte

Encore ici (voir ce billet), on parle de perte quand on regarde en arrière. On perd la lecture de long texte. On perd le contact réel entre humains. On perd la concentration sur un sujet à la fois. On perd...

(Re)Voir ce vidéo de Michel Serres sur ces pertes ou gains.

Finalement

Les TIC (la technologie) ne sont pas bonnes ou mauvaises. Elles sont puissantes.


Et comme pour tout outil puissant, ça prend des humains préparés/formés pour les utiliser adéquatement. L'école doit absolument prendre sa place dans cette formation, car sinon ce sont des ti-zamis qui s'en occuperont.

Une des bonnes fonctions des TIC est de pouvoir les éteindre. ;)

No comprendo

Et ce n'est pas d'hier!

Cette nouvelle, on dirait le «Jour de la marmotte» (quel bon film), me laisse encore et encore sur une sensation de dégoût. Le mot est peut être fort mais ceux que j'aurais voulu écrire l'étaient encore bien plus.

Je ne comprends pas pourquoi ces décisions de choisir le monopole amaricain (ou les autres grands et généreux fournisseurs de logiciels fermés et coûteux), comme disait le grand philosophe Elvis Gratton avec un bel accent, ne révoltent (ou du moins questionnent) pas la population du Québec. Population pourtant positionnée assez à gauche.

  • Est-ce un manque de connaissance envers le logiciel libre?
  • Est-ce que les gens aux pouvoirs, et les gravitons*, aiment trop le pouvoir et les $$ des grosses compagnies de logiciels?
  • Est-ce un manque de volonté d'apprendre autre chose, donc de travailler?
  • Est-ce parce que c'est pas leur argent qu'ils dépensent, mais le mien, le votre?
  • Est-ce parce les menus ne sont pas situés au même endroit?
  • Est-ce parce qu'il n'y a pas de publicité à la tivi qui dit que «c'est mon idée le logiciel libre»?

Je suis conscient que le logiciel libre a fait de grands pas depuis 10 ans. Je sais que le meilleur reste à venir dans ce dossier. Par contre, je n'aime pas voir ces décideurs mal conseillés dépenser ces sommes (qui vont vers d'autres pays) alors que de l'autre côté ils me vident de plus en plus les poches pour des services de moins en moins bons.

À vendre: terrain de 1 667 441 km2, contenant plus de 7 800 000 habitants. M. Bill et les autres, êtes-vous intéressés? Vous en détenez déjà une bonne partie.

  • gravitons: gens qui gravitent autour du pouvoir.

Le club des empereurs

Un film qui m'a fait réfléchir sur nos politiciens (lire tout homme ou femme s'impliquant publiquement pour changer ce qu'ils ou elles croient être des problèmes) aujourd'hui.

Ces personnes sont-elles toutes des Sedgewick Bell?

Je sais, il faut avoir vu le film pour comprendre ma question, mais comme c'est un bon film sur l'enseignement...


Virus A H1N1

Que d'encre et et 0101010 à propos de ce virus et de son vaccin.

À qui se fier? Les informations se contredisent ici et là.

Vais-je me faire vacciner? Vais-je faire vacciner mes filles?

Il faut que je m'informe un peu plus.

Voici quelques liens que je consulterai plus en détails:

Mise à jour: Quand on sait ceci, on peut se demander si le vaccin sera aussi bon qu'on le prétend.

Mise à jour du 19/10/09: Un autre scientifique inquiet.


Sens unique

Un jour...

Groupe A: On fait un événement pour faire connaître les bidules.

Groupe B: Ho non! Vous ne pouvez pas faire ce type d'événement pro-bidules. Nous sommes contre. Si vous le faite, on va briser vos bidules.

Groupe A: Bon ok, sous la pression des briseux de bidules, on ne fera pas cet événement.

Un autre jour, plus tard...

Groupe B: On fait un événement autour des gogosses.

Groupe A: Hein? Quoi? Pour les gogosses? C'est trop axé sur les gogosses à poils, nous n'irons pas à votre événement.

Groupe B: Pardon! Trop de poils? Nous demandons des excuses.

Ben là!

Si on a censuré les bidules grâce la peur, pourquoi laissons-nous les gogosses à poils avoir leur événement? Je déteste la double mesure.


Évolution?

Pensez-y!

C


Désolant, en manque de mots

...mais pas de maux!

Une décision: Le ministère de l'Éducation remplace ses logiciels sans appel d'offres... qui fait jaser... et qui ne peut être prise que par un gouvernement irresponsable.

Je ne sais pas pourquoi, plus la compagnie est grosse, moins critique est l'esprit des décideurs.

Voici, en plus des commentaires au bas de l'article, deux réactions qui méritent d'être lues:

PédagoTIC: Le ministère de l'Éducation remplace ses logiciels sans appel d'offres

Crise, investissements et avenir...

Ma conclusion: quand une personne se fait dire qu'il conduit LA meilleure voiture au monde depuis des années par le fabriquant, et que cette personne n'essaie pas d'autres voitures, comment fait-elle pour savoir que c'est vrai? Si vous n'avez pas essayé sérieusement d'autres logiciels que ceux de M$, ne venez pas me faire la morale SVP.

Et ne me sortez pas SVP l'argument de la gaugauche du libre, il y a pas mal de bui$ne$$ qui migrent vers ces solutions, et pas que des OSBL!

Assez...


Manifestation 101

Pierre, si un jour tu veux manifester pour la paix, n'oublies surtout pas tes armes.

On dirait que c'est ce que les manifestants se sont dit hier.

Désolé les gars, mais je ne suis pas de votre côté ce matin.


Double discours

Il est toujours intéressant (pour ne pas dire bizarre) de constater que pour un parent les qualités/forces de son enfant sont héréditaires alors que ses défauts/défis (je suis politiquement correct, ce ne sont pas des faiblesses) proviennent de l'école/amis.

Ici, si ma plus vieille est impatiente et que ma plus jeune est dépendante de sa mère c'est de la faute de leur mère bien sûr! ;o)


Encore de la glace

Pirouette de tibinoucherie de patate verte plein de bouette. La glace ne lâche pas! Je vais aller m'acheter non pas des raquettes mais des crampons pour mes bottes. Arrrrggggg!!!!!

Bon, en plus de la glace, mon bébé mouche a une belle otite toute neuve et une autre en progression. Mais je suis très fier d'elle, car elle garde son beau sourire.

Attention aux surdoses d'ibuprophène et/ou d'acétaminophène, ça peut empirer votre état. Ma tite-soeur a essayé la chose.

Courte est la vie, difficiles sont certaines choix, courte est la vie.

J'écoute le fil Miracle sur glace, inspirant, mais il faut avouer que nous sommes devenus douillets en ce qui concerne la compétition.


Pas pour moi cette TV

Lors de ma séance de zapette de ce lundi soir, je suis tombé sur l'émission http://artv.ca/emissions/cest-juste-de-la-tv.html

Les petits bouts que j'ai regardés ici et là depuis quelques semaines m'ont donné le goût de rester à l'écoute durant quelques minutes. On a parlé ce soir de ce que les parents ne veulent pas que leurs enfants écoutent. Hum... intéressant d'écouter les points de vue sur Bob l'éponge ou encore à propos des vidéos clips violent ou trop sexy.

J'avoue avoir été très surpris de savoir que Occupation double était une des émissions les plus écoutées par les 2-11 ans. 2 à 11 ans!?!?!?!? Bon, ça veut peut être dire que Pruneau et Canelle veulent encore passer à la TV et ils se sont inscrits à cette émission.

Et là, AYOYE! On présente des séquences de cette émission (et de Loft patente) où on voit des hommes se faire fouetter (à 19h24), se faire mettre de la crème fouettée sur le bout de fesse que laisse paraître le genre style comme de string en cuir qu'il porte gentiment. On joue également au voyeur en regardant un couple (avec qui on veut bâtir un pays comme dit si bien mon fédéraliste de collègue) se pratiquer à avoir des enfants qu'ils devront par la suite éduquer à ne pas faire ça devant tout le monde... Hi!!! On est loin en *&?&?%?&%*& de Bob l'éponge en ti-péché.

Ces émissions ne sont pas écoutées chez moi et j'en suis heureux pas possible après avoir vu ces courtes séquences.

En passant, est-il possible de se désabonner de TVA et de TQS?


Si on voulait vraiment que ça change

...en intégration des TIC dans l'apprentissage des élèves, on oserait, au minimum, essayer cette proposition: Un ordinateur pour chaque enseignant.

L'idée n'est pas nouvelle, Gilles en a déjà pas mal parlé. Voilà que Sylvain nous la propose aussi.

Pourquoi chaque enseignant devrait avoir son ordinateur? Pour qu'on puisse réussir à les «former» aux TIC. Pas seulement leur montrer combien il est génial de les utiliser. De cette façon, selon l'hypothèse qui dit que si l'enseignant développe sa compétence TIC il les intégrera davantage en classe, on cesserait peut être de descendre dans cette liste.

Présentement on s'attend à des miracles en permettant aux enseignants de «butiner» d'un ordinateur (de qualité très variable) à l'autre. Ordinateur dont il ne peut pas modifier la configuration (mettre à sa main), ne peut pas installer un logiciel sans se faire regarder avec de gros yeux, ne peut pas s'amuser (on ne doit que faire des choses sérieuses avec le matériel de l'école), etc. Le miracle ne se produit pas et nos enfants n'ont toujours pas la possibilité de développer leur compétence TIC en classe. Ce qui ne veut pas dire qu'ils ne la développent pas ailleurs, mais j'ose croire que l'École les aiderait à aller plus loin.

Je suis un connecteur, donc je crois que les décisions globales ne servent pas à grand chose (les projets locaux ont plus de retombés). Mais comme l'image dans notre société est importante, on pourrait essayer de projeter l'image d'une société qui veut préparer leurs enfants à vivre dans leur monde et à utiliser les TIC de façon judicieuse.

En attendant, il y a des élèves au Québec qui apprennent avec un ordinateur à tous les jours alors que d'autres (la grande majorité) touchent à un ordinateur le vendredi PM s'ils ont été gentils (je caricature à peine). Belle équité n'est-ce pas?

Un enseignant, pour se former aux TIC, doit avoir son propre outil d'apprentissage/travail. Sinon, je crains que je réécrirai ce billet dans 5 ans. Je travaille fort pour que ce ne soit pas le cas.


Cellulaire et cancer

Tout en prenant un petit verre de vin, bon pour mon coeur, j'ai eu une discussion avec une amie à ce sujet: est-ce que le cellulaire peut causer le cancer?

J'ai pu valider une chose: on se fit beaucoup à ce qui se dit dans les médias. Parce que la question est posée, parce qu'il y a une étude sur le sujet, les gens se disent que le cellulaire est dangereux. Il faut aller plus loin dans l'analyse afin de se faire une tête sur les risques. Heureusement, le programme de formation va dans ce sens.

Donc, j'ai discuté de comment se fait la science, du but des médias, des ondes électromagnétiques, du corps humain, etc. Toute une leçon, croyez-moi ;o)

Si vous désirez lire sur la question, voir ce billet sur Science! On blogue. Les commentaires sont tout aussi intéressants/formateurs.

Un sujet qui peut sembler simple mais qui peut être une très belle occasion d'apprentissage.


Pour fin de comparaison

Le Groupe de travail sur le financement du système de santé - Dépôt du rapport « En avoir pour notre argent » vient de déposer son rapport. Je suis très heureux de vivre dans une société qui ose réfléchir sur son système. Le tout est de savoir si on bougera. Je vais voter pour le parti politique qui osera.

Ceci est une belle occasion pour prendre note de comment ça se passe en santé pour ma famille en 2008 pour pouvoir comparer dans quelques années si ça s'améliore.

D'abord reculons de 10 ans, Magalie attaque la vie. À Beauceville on a accès à un médecin au CLSC 7 jours sur 7, près de 16 heures par jour. Temps moyen d'attente pour voir un médecin et se faire prescrire des antibiotiques pour une otite: 1h.

Marianne, 4 ans plus tard, a les mêmes problèmes d'oreilles. Médecin accessible 5 jours par semaine de jour. Temps d'attente moyen pour la même otite: 2h.

Février 2008, aucun médecin à Beauceville, on se dirige vers Saint-Georges et son hôpital absorbante des services. Temps d'attente pour l'otite: 4h. Sans compter notre premier essai la veille où un temps d'attente de 8h aurait été nécessaire. Après 4h, on se dit qu'une nuit de sommeil pour la poule serait plus profitable que les chaises de la salle d'attente.

On ne peut pas dire que le système de santé est au beau fixe. Ça dégrade depuis 10 ans ici.

Bon, avec 4 heures à regarder et écouter les gens dans l'hôpital, j'ai eu quelques questions:

1) Pourquoi les médecins travaillent cachés derrière des murs. On le les voit pas. Non pas que je veux les voir rencontrer les patients, mais de là à être isolé complètement...

2) Que font-ils entre deux patients? Plusieurs minutes sont nécessaires entre sa sortie de la salle d'à côté et la nôtre.

3) Ça bouchonne, c'est normal, il y a environ 4 personnes à l'heure qui passe dans la caverne alors qu'il arrive 10 nouvelles personnes. En plus de l'urgence derrière les portes closes.

4) Le tri, ça marche au pif ou quoi? L'ordre d'arrivée n'a pas d'importance? On a attendu 1h30 de plus que les gens (chanceux) devant nous dans l'ordre d'arrivée.

5) Notre nom est nommé, hourra! On se rend dans la salle d'examen, toujours aussi close. On attend encore 50 min à se demander ce qui se passe. Notre médecin est-il tombé malade lui aussi?

6) Ha! L'informatique. On entend une tite-madame descendre les saints du ciel à cause de l'ordinateur qui ne fait pas ce qu'il devrait faire. Ça doit être ça le problème de la santé, l'informatique. Pourtant tout se fait au papier + crayon.

7) À quoi ça sert de répondre à l'infirmière lors de la pré-consultation si le médecin nous pose les mêmes questions? On parle ici de 20 min de perdues fois le nombre de patients.

8) Les gens malins doivent péter leur plomb dans la salle de consultation des fois. J'en ai eu envie, mais trop gentil.

9) Il semble y avoir une clinique externe tout à côté de l'urgence. Ça marche au bout, près de 10 patients à l'heure sont appelés! On a ce qu'on mérite probablement?

Bon, je sais qu'en ville, les vraies villes ;o) on peut attendre pas mal plus que ça. Bof!

À dans quelques années près une amélioration de notre système de santé où je n'aurai que du positif.


Qu'est-ce qui est en danger?

La «réforme» met-elle en péril l'avenir de mes enfants ou l'avenir du système d'éducation* actuel?

Je me pose la question, car si la réforme prouve quelque chose c'est bien la difficulté qu'a le système à gérer le son processus d'apprentissage**.



Notes:

*: Ministère (à temps partiel), commissions scolaires (autonomes), directions régionales, syndicats, média (oui ils font partie du système), conseillers pédagogiques, enseignants, parents, comités XYZ, enfants, politiciens (incluant les anciens), maisons d'éditions, universitaires...

**: L'apprentissage consiste à acquérir ou à modifier une représentation de l'environnement.

Mise à jour du 01/02/08: M. Guité frappe ici.


- page 1 de 3